Votre Publicité ICI - Pour toute demande utilisez notre formulaire
 

Les producteurs de déchets végétaux se laissent aller

Les édiles de Saujon et Royan se sont fait les porte-voix de ceux de leurs administrés qui n’ont pas compris et, surtout, pas admis que leurs déchets végétaux restent sur le pas de leur porte ces dernières semaines.Pascal Ferchaud le premier, jeudi matin, a soulevé le problème, relayé par Didier Quentin.De fait, ces «refus de collecte» se sont multipliés dans des proportions qui ont «surpris» jusqu’à Vincent Barraud, le vice-président de la Communauté d’agglomération Royan Atlantique (Cara) en charge du dossier.

Le règlement en la matière stipule, comme le rappelle Vincent Barraud, que seuls sont collectés les déchets végétaux «conditionnés dans les sacs en papier prévus à cet effet ou sous la forme de fagots».

Or, ces dernières années, les mauvaises habitudes se sont installées.L’Agglomération a mesuré l’étendue du problème lorsqu’elle a demandé il y a deux semaines au délégataire du marché de collecte, Coved, de revenir à la stricte application du règlement.

Si nous avions pris la mesure de la situation, nous aurions réagi immédiatement et nous n’aurions pas suscité un tel émoi chez les gens.

La réaction, au contraire, a été «trop tardive», pour le maire de Saujon Pascal Ferchaud, qui avait à coeur à l’Agglomération jeudi matin de faire entendre «(son) mécontentement», lui-même écho de celui des habitants de sa commune et, par extension, des 16 autres communes concernées par la collecte des déchets verts.

Les gens n’ont pas reçu d’explications, d’où le fort mécontentement observé, justifié à mon sens, et un dysfonctionnement visible et préjudiciable du service de collecte qui nous met, nous maires concernés, dans une situation difficile.

Le caractère payant des sacs en papier réglementaire explique pour partie le recours des usagers à des contenants normalement interdits.

Vincent Barraud sent bien, toutefois, que la situation ne reviendra pas à ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être du jour au lendemain.

1 comment to Les producteurs de déchets végétaux se laissent aller

  • Florent

    comment se fait-il que depuis que nous trions les déchets verts et les autres poubelles, les factures n’arrêtent pas de d’envolé de plus en plus haut ! Mare de payer cher pour quelques chose que nous faisons. Qui plus est cela supprime des emplois ! Alors revenons a la bonne veille méthode et remettons tous dans la même poubelle et que le trie se fasse a son arrivé et là au moins s’y devait y avoir de l’embauche nous serions vraiment pourquoi nous payons aussi cher la ramassage des ordures ménagères.Arrêtons une bonne fois pour toute de nous prendre pour des imbéciles.

Votre message