Pilotis dans les marais ?

D’emblée, Michel Métais, directeur de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), le dit : «Nous sommes attendus au virage».Il parle de la mission de préservation de la biodiversité de la future autoroute A 831 que lui a confiée Jean-Louis Borloo, ministre de l’Écologie.

Cette étude, qui n’entre dans aucune procédure légale obligatoire, est une première à laquelle la LPO n’aurait pas jugé opportun de se soustraire.

Ce sera un éclairage loyal sur un dossier complexe.

Après l’échec de plusieurs recours contre le projet, de la part des écologistes notamment, la déclaration d’utilité publique de l’autoroute Fontenay-le-Comte et Rochefort est signée.

Élus et acteurs économiques en attendent beaucoup pour désenclaver la façade atlantique.

Pour autant, Jean-Louis Borloo – qui à titre personnel s’est déclaré «plutôt contre» – veut s’entourer de toutes les précautions.

C’est la quadrature du cercle dans un site Natura 2000, où l’on imagine mal une autoroute.

Sur les 64 km du futur ouvrage, la LPO s’appuiera sur les indicateurs de biodiversité.

Que ce soit pour la loutre ou le vison d’Europe.

Déjà, la LPO pense à la construction de l’autoroute sur pilotis, en zone sensible, pour assurer la continuité paysagère et hydraulique.Source

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer