Les écolos tenus à l’oeil

Mi-décembre, lors du sommet de Copenhague, l’association écologique oléronnaise Roule ma frite (RMF) s’était fait saisir, par la police danoise, son stock de carburant à base d’huile de friture recyclée.

Un service parisien, dont le nom n’a pas été communiqué, a ainsi demandé à la brigade de Saint-Pierre-d Oléron de faire remonter des informations sur ces écologistes.

Ces militants, comme d’autres dans plusieurs villes de France, s’obstinent à revendiquer le droit de faire tourner en toute légalité les moteurs diesel avec de l’huile végétale, quitte à ulcérer les pétroliers et le gouvernement français soucieux de sa rentrée de taxes.

Grégory Gendre, le coordinateur de l’association oléronnaise, sourit en rappelant que «les policiers danois avaient aussi pris 12 litres d’huile d’olive servant à la cuisine».

» Qualifiant la discussion avec le gendarme de courtoise – «elle a duré près de deux heures» -, le coordinateur dit avoir simplement rappelé la raison d’être de l’association, «dont le local de filtration est hébergé sur l’exploitation du viticulteur oléronnais Michel Tardet.

Lequel a aussi eu la visite du gendarme.

À la compagnie de gendarmerie de Rochefort, on indique qu’il ne s’agit là que d’une simple enquête d’ordre public, du renseignement, quoi.

Donc, pas de quoi voir le début du commencement d’une affaire Tarnac bis, à l’image de ce dossier en cours où des jeunes sont mis en cause pour des faits de terrorisme.

Nous avons aussi, en avril, un projet en Bolivie parce que le président Evo Morales est sensible à cette question des carburants. Source

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.