La mémoire rochelaise résonne à Port-au-Prince

Il possédait 327 hectares à la Croix-des-Bouquets, dans la plaine de Cul-de-Sac, à un jet de pierre de Port-au-Prince, là où, aujourd’hui, se trouve l’aéroport Toussaint-Louverture : le Rochelais Aimé-Benjamin Fleuriau de Bellevue, dont la propriété rochelaise abrite désormais le musée du Nouveau-Monde, s’est enrichi là-bas, dans les Caraïbes, à l’endroit exact où le séisme a été le plus meurtrier.

Le Bordelais Jacques de Cauna, professeur de lettres qui a passé vingt-cinq ans à Haïti, a consacré une thèse et un ouvrage à l’armateur rochelais (1).

Comme beaucoup de blancs là-bas, il avait choisi une de ses plus belles esclaves pour s’occuper de lui.

Il fut accueilli sur le domaine de Montrouis, au nord de Port-au-Prince, par son oncle Paul dont il hérita quelques années plus tard.

Le premier maire de Port-au-Prince, Michel-Joseph Lerimboure, était le procureur de la grande sucrerie Fleuriau.

Il a participé à la création du musée du Nouveau-Monde de La Rochelle en 1980 avec Michel Crépeau et Alain Parent et regrette que la salle du rez-de-chaussée, entièrement consacrée à l’esclavage, ait disparu. Source

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer