Le temps des élus diffère de celui des commerçants

Ils vivent dans la même ville mais leur horloge temps diverge dès lors qu’ils parlent du plan de déplacements urbains. Organisée mardi soir par la municipalité, après six mois de pratique de ce nouveau plan de stationnement et circulation institué le 1er juillet dernier, la réunion-bilan a confirmé le fossé existant entre les élus et certains commerçants, implantés place Bassompierre ou rue Arc de Triomphe.

Lasse des réponses «a minima» de la municipalité, Saintes Shopping avait boycotté cette réunion («Sud Ouest» d’hier).

Mais l’association des commerçants ne fait plus l’unanimité, surtout sur la rive droite.

Et les professionnels mécontents, «dépités», l’ont clamé haut et fort.

Christian Villéger réside place Bassompierre, au-dessus du magasin de l’entreprise de cuisines qu’il dirige à Villeneuve-la-Comtesse.

Par temps maussade, le crincrin du manège ajoute au lugubre du lieu, naturellement beau avec la Charente et l’Arc de Germanicus.

La disparition des voitures aurait dû être progressive, afin que les clients puissent s’habituer aux changements.

Les arrêts minute ne sont pas la panacée, a expliqué un habitant de la rue Arc de Triomphe où, avant d’être supprimés, ceux-ci étaient constamment occupés.

Jean Rouger et ses adjoints se firent, à nouveau, pédagogues en explicitant une démarche politique «inscrite dans la durée» et présentée comme inéluctable. Source

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer