Un « bidouilleur » qui brise les barrières

Musique et MusisiensJean-Philippe Sorlut a installé son studio en 2003, à Chaniers. La caractéristique du lieu tient au fait qu’il est largement ouvert aux personnes handicapées. Ici, tout est fait pour que les handicapés (30 % des élèves) puissent accéder, de la manière la plus large possible, à la musique. Cela passe par beaucoup de recherches, de bricolage, pour adapter les instruments.

De ce point de vue-là, Jean-Philippe Sorlut ne manque pas d’idées.

Il a inventé un système pour que les paraplégiques puissent jouer de la batterie.

L’idée a été de leur permettre d’utiliser la grosse caisse et (ou) le charleston, en modifiant les pédaliers avec un système électronique.

L’homme n’hésite pas à «désosser» des guitares, à en supprimer ou modifier les caisses, pour leur donner la meilleure ergonomie.

Parfois, on me traite de fou, mais peu importe.

Dans son studio d’enregistrement, il a installé un grand écran, relié à son ordinateur.

C’est utile pour les malvoyants, mais aussi les autres.

De la même façon, Jean-Philippe Sorlut a toujours privilégié l’étude du piano sur un instrument à queue plutôt que sur un piano droit. Source

Vous pouvez également aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email