Les insulaires sur le qui-vive

L’eau s’est infiltrée de tous les côtés, profitant des vents violents pour submerger digues, cordon dunaire, champs et habitations.Victimes de ce phénomène de surcôte, rares sont les communes épargnées par la catastrophe.À Sainte-Marie-de-Ré, l’hôtel Atalante et ses 86 résidents avaient été évacués d’urgence grâce aux embarcations des pompiers, dans la nuit de samedi.

Isolés sur l île ou en manque d’information, des permanences pour les insulaires étaient en place dans les mairies.

Hier, les gendarmes sillonnaient les différents secteurs de l île, des habitations auraient été «visitées», selon la police municipale de La Flotte.

Plus loin à la Noue, les maisons du bord de mer ont été balayées, obligeant leurs habitants à se réfugier dans les étages ou sur les toits.

Une trentaine de pompiers et leurs 13 véhicules venus des Landes, près de Mont-de-Marsan, étaient présents hier «pour filer un coup de main aux Maritimes».

Au moment des inondations, le maire, Patrick Rayton, s’est retrouvé bloqué dans son 4×4 par une vague d’eau de 1,40 m de hauteur.

Les digues de la commune, qu’elles soient de type merlon (levée de terre) ou gabion (fil de fer tressé contenant des pierres), n’ont pas résisté en plusieurs points. Source

Vous pouvez également aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.