60% des carrelets sur la Garonne détruits par la tempête Xynthia

Ils sont l’un des symboles de la Charente-Maritime autant que le bastion d’un certain art de vivre. Le thème idéal de carte postale, sur fond de coucher de soleil sur l’océan. Les carrelets, ces cabanes de pêche dominant du haut de leurs pilotis les côtes et baies du deuxième département touristique français, sont aujourd’hui une immense plaie.

Le 28 février dernier, comme en décembre 1999, nombre d’entre eux n’ont pas résisté à la puissance des éléments.

Appelé à dresser un état des lieux, Jean-Louis Martin s’empresse de relativiser.

Le président des Carrelets charentais pense aux victimes.

Un carrelet, c’est un peu l’intégrale de Mozart du mélomane ou la R8 Gordini du collectionneur de voitures.

«On estime qu’environ 60 % des 500 carrelets ont été détruits», avance Jean-Louis Martin.

J’avais même préconisé aux adhérents de l’association de les élever de 2 mètres à 2,50 m’au-dessus du niveau des plus hautes eaux.

Le promeneur, selon sa balade, s’étonnera peut-être du lourd bilan avancé.

Jean-Louis Martin évalue à 25 000 euros le budget d’une reconstruction par un professionnel.

Car les carrelets doivent de nouveau dominer l’océan, Jean-Louis Martin en reste plus que jamais convaincu. Source

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer