Le cauchemar continue

Il n’y a plus de différence entre l’ostréiculture et la tête d’un clou. À chaque descente du marteau, la filière accuse le coup et s’enfonce un peu plus. Les circonstances forcent la comparaison : l’interdiction, tombée hier après-midi, de commercialiser jusqu’à nouvel ordre les huîtres produites du sud de la Vendée au bassin de Marennes-Oléron – donc issues de tous les secteurs de production du département.

La présence d’une concentration de phytotoxine anémiante, l’ASP, à des seuils huit fois supérieurs à la norme tolérée.

Le risque pour la santé humaine est donc réel, la sanction ultime pouvant être la mort.

Il faut remonter au mois de février 1993 pour trouver trace de la précédente fermeture administrative du bassin charentais qu’avait alors eu à gérer le président portbarquais de la section régionale, Bernard Laugraud.

À l’époque, l’ostréiculture avait été à la peine durant une quinzaine de jours.

Depuis deux ans, les producteurs assistent impuissants à la disparition de leurs jeunes lots mis en culture.

Les producteurs d’Aunis et de Saintonge étaient donc déjà à genou et se demandaient avec quelle marchandise ils allaient garnir les tables dès la fin de cette année, quand Xynthia a lessivé leurs cabanes.

Depuis deux semaines, leurs responsables professionnels bataillent avec l’État, jonglent avec les compagnies et les mutuelles d’assurance, pour tenir ferme la couverture des indemnisations.

Et voici qu’une diatomée venue du large et qui s’est développée de façon exponentielle ces derniers jours vient bloquer le travail de ces établissements.

Ironie du sort, le président de la Section régionale conchylicole, François Patsouris, avait prorogé son mandat du 9 au 23 mars prochain, pour que son successeur (qui sera élu mardi), ne boive pas la tasse dans la vague des problèmes accumulés dès son entrée en fonction.

Il n’y a pas 48 heures, le Trembladais retrouvait un léger sourire, touchant du doigt les derniers jours le séparant de la fin de ce mandat accablant.

La nature a décidé d’imposer une ultime épreuve au président sortant.

Il était décidé de convoquer une réunion publique d’information, lundi prochain, à 16 heures, à la salle polyvalente de Marennes. Source

Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.