Priorité à la lutte contre les violences conjugales

C’est parce qu’il a déjà la gestion de l’hébergement d’urgence (par le 115) dans l’arrondissement que l’Établissement public départemental des Deux-Monts est probablement le mieux placé pour piloter, en collaboration avec les services de l’État (la sous-préfecture) cette fois, le réseau de lutte contre les violences conjugales et familiales.

C’est à Montendre qu’il a été porté sur les fonts baptismaux en présence du sous-préfet, Philippe Brugnot, d’Yves Poujade, directeur de l’EPD des Deux-Monts, de Fabienne Atzori, procureur du tribunal de grande instance de Saintes, et d’un certain nombre de professionnels et d’associatifs en lien avec les services sociaux.

L’EPD des Deux-Monts met à disposition Sandrine Micossi qui gère déjà le 115 sur le territoire et la sous-préfecture dégagera des heures sur l’emploi du temps d’un agent.

Sur le territoire national, le problème concernerait plus de 10 % des femmes, dans tous les milieux sociaux.

C’est à Royan, voici dix ans, que le premier réseau a été créé dans le département, à l’initiative de l’association Tremplin 17 dont la méthodologie servira de base au réseau Haute Saintonge.

On sait à ce jour qu’en 2008 la gendarmerie serait intervenue à 222 reprises sur le territoire de Haute Saintonge, pour ce type de problème.

Parfois, c’est le voisinage qui peut donner l’alerte. Source

Vous pouvez également aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email