A Jonzac, plusieurs commerçants ont bénéficié du microcrédit

Elle se verrait bien vendre aussi des cakes, servir à déjeuner le midi, faire office de bureau de tabac. Si Cécile Maugeix se mettait aussi à vendre les idées qui lui passent par la tête depuis qu’elle tient l’épicerie multiservices de Rouffignac, elle devrait déjà pousser les murs. Pour dire si cette pétillante commerçante se sent bien dans son nouveau costume de patron.

>

Elle savoure à chaque fois qu’elle ouvre les volets de Chez Cécile.

Et ce n’était pas gagné d’avance.

Après trois rendez-vous chez le banquier, j’ai compris que ça allait être compliqué.

Elle avait bénéficié, pour s’installer, d’un microcrédit.

J’ai contacté l’Adie pour voir si je pouvais bénéficier de 5 000 euros (elle prête 6 000 euros maximum).

L’Adie, c’est l’Association pour le droit à l’initiative économique.

«Dans le sud du département, de plus en plus de monde a recours à cette solution», explique Catherine Queille, bénévole pour l’Adie.

Alors, dans le cadre de ces cinq jours de mobilisation, il y aura des forums à Saintes les 1er et 3 juin, à la Maison de la solidarité.

C’est l’occasion de rappeler qu’une salariée de l’Adie vient à Jonzac sur rendez-vous pour les personnes intéressées.

émilie, papetière, en faisait partie voici moins d’un an. Source



Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer