‘ Une identité rive droite ‘

 A force d’énergie, d’implication dans les quartiers, de rencontres avec les habitants, du travail de fourmi effectué par le personnel du centre social, l’association Belle Rive est devenue, en une décennie, l’une des pierres angulaires de la vie sociale sur la rive droite de la ville. Cela peut prendre divers aspects, du Carnaval des enfants à la création d’une battucada pour le festival des Oreilles en éventail 2010, en passant par la décoration de la cité de Saint-Sorlin, lors des fêtes de Noël, il y a deux ans.

La situation était pourtant compliquée lorsqu’Aline Carrillo, la directrice, est arrivée, le 2 mai 1999.

Sa mission était de faire renaître un centre social sur la rive droite, après la fermeture, en décembre 1998, de celui des Deux Rives, qui existait au Vallon depuis 1972.

L’association Belle Rive est née en juillet 2000.

Nous avons reçu l’agrément pour le centre social le 1er janvier 2001.

Le Centre social des Deux Rives était centré sur l’habitat collectif.

«C’était vraiment stigmatiser une population», ajoute Jacques Rodde, le coordonnateur du Centre social.

Le second point consista donc à ne pas apporter de réponses toutes faites mais d’apporter une dynamique en s’appuyant sur les ressources locales.

«Nous nous sommes rendu compte qu’il existait une identité rive droite, quelle que soit la classe sociale des gens», reprend Aline Carrillo.

Si cette identité existe, la rive droite – un territoire qui compte 10 000 habitants, soit 35 % de la population de Saintes – n’est pas constituée d’un seul bloc. Source



Vous pouvez également aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.