Cinéma multiplex : juste « une question de temps »

Il a beau avoir procédé à une profonde rénovation du Lido en 2002, puis de l’ABC en 2009, investi dans la projection en numérique et même en trois dimensions, le gérant de la société exploitante, Cinéma et Loisirs, ne peut plus rien pour l’acoustique de ses cinémas. Franck Gagneux évoquait encore cet été l’horizon 2012.

Le gérant de Cinéma et Loisirs a fait appel à l’architecte rochelais Gilles Imbert, dont le cabinet a dessiné, entre autres, le cinéma multiplex de Saintes.

«Les premiers plans ont déjà été réalisés», glisse Franck Gagneux, pour mieux asseoir encore la réalité de son projet.

L’investissement sera à la hauteur des caractéristiques du futur complexe.

Franck Gagneux chiffre à «9 millions d’euros» l’engagement financier qu’il devra consentir ou partager, selon le montage retenu, avec l’exploitant du bowling.

À plus forte raison que Franck Gagneux a formulé une proposition salutaire : intégrer à son multiplex une salle d’une jauge de 400 fauteuils aussi adaptée à la projection cinématographique qu’au spectacle vivant.

Avec une salle conçue dans les règles de l’art, offrant une capacité d’accueil de 400 places, Royan serait enfin dotée d’une salle de spectacles digne de ce nom.

Globalement, Franck Gagneux se dit convaincu que «ce complexe sera un outil déterminant pour l’avenir, un outil qui manque aujourd’hui à Royan».

L’exploitation du multiplex et du bowling nécessitera l’existence de plus de 500 places de stationnement. S



Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer