Capture des pigeons : deuxième tentative

 Quelques pigeons en ville, c’est beau ! Il est cependant reconnu qu’ils entraînent des nuisances et des pollutions : dégradations des bâtiments, fientes sur les trottoirs, maladies, exaspération des gens. Les fientes ont une acidité importante qui attaque le calcaire, corrode les gouttières, désagrège les façades à terme et qui rendent les trottoirs glissants.

Porteurs potentiels de zoonoses, des maladies censées être transmissibles à l’homme, ces oiseaux de ville sont réputés véhiculer plus de maladies à l’homme que les rats.

Le maire doit prendre un arrêté d’hygiène et salubrité pour réduire la population des pigeons sur la ville, étant entendu que ceux-ci doivent être tués de manière humanitaire : «pas de mauvais traitements à animaux».

En novembre 2009, le maire Paul-Henri Denieuil avait pris des mesures pour lutter contre les nuisances des pigeons, faisant intervenir une entreprise spécialisée, agréée par les services vétérinaires : la Sacpa.

Une cage de capture avait été installée à proximité du marché, qui, en trois mois, devait permettre de capturer 1 500 à 2 000 pigeons. S



Vous pouvez également aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.