Ce qu’il nous reste de souvenirs après Xynthia

Sitôt le passage de Xynthia le 28 février dernier, les photographes – le plus souvent amateurs et armés d’un téléphone portable – se sont rué sur les sites mutilés par la tempête. Avec Xynthia, les plages de son adolescence se sont évanouies, les villages de son enfance ont été meurtris, ses souvenirs se sont perdus. Voilà comment est née l’idée de son reportage décalé, non pas sur Xynthia, mais sur «Xynthia, le jour d’après», comme l’annonce le titre de son expo.

Voilà pourquoi cette magnifique exposition de grands formats de 100 par 150 cm porte un regard à 45°, avec recul et sensibilité.

Les deux artistes ont préféré éclairer les photos par une installation plastique autour du souvenir.

Mais parce qu’ils n’ont pas voulu tomber dans la sensiblerie, Benjamin Caillaud et Stéphane Souchon n’accablent pas le visiteur et présentent des photos où la vie retrouve déjà son chemin. S



Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.