Ouf, ce n’est pas Sarcelles

Michel Crépeau, élu maire de La Rochelle cette même année, accueille les premiers habitants de Villeneuve-les-Salines, la nouvelle ZUP (zone à urbaniser en priorité) de La Rochelle. Henri Moulinier rappelle cet épisode en introduction du mémoire universitaire («Villeneuve-les-Salines, une ZUP humanisée en priorité? (1966/2010») qu’il présentera ce soir à Villeneuve lors d’une réunion publique.

Mais à l’origine, le projet était bien plus ambitieux : urbaniser 405 hectares (sur La Rochelle et Périgny) avec 10 020 logements pour 40 000 habitants.

La population de La Rochelle augmente ; le chômage aussi.

Le 21 mai 1964, un décret ministériel permet la création de «zones de développement» ; le secteur de La Rochelle-Rochefort en fait partie.

Dans la foulée, le préfet Doustin propose l’accueil de l’usine Simca.

Une demande est formulée auprès du gouvernement – qui, à l’époque, prend les décisions en matière d’urbanisation – pour aménager une ZUP afin de loger ces ouvriers dont une partie vient de la campagne ainsi que des immigrés (maghrébins et turcs) et des Rochelais locataires de taudis.

L’idée de construire ces milliers de logements avec au centre une sorte de bastide avec d’immenses tours est fondée sur plusieurs critères : poursuite de l’exode rural, du développement industriel et croissance du taux de natalité.

Mais la crise industrielle frappe dès les années 1970, le baby-boom n’est plus qu’un souvenir et, partout en France, on constate que la vie n’est pas un long fleuve tranquille dans les grands ensembles.

Dès 1971, une circulaire gouvernementale freine la construction de grandes barres.

Et deux ans plus tard, une nouvelle circulaire signée par le ministre Olivier Guichard marque la fin de la politique de construction des grands ensembles.

Mais depuis 1975, le chômage est structurel et les inégalités sociales augmentent.



Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.