Des doigts de fée à la maison de retraite

Depuis mardi, les patchworks de Sophie Goillot, dite Esla de la Mazières ornent les murs du hall d’accueil des Jardins de Voltonia. Les oeuvres de cette quilteuse (du verbe « to quilt » : coudre, assembler) d’un talent certain demandent parfois 150 heures de travail, et l’on devine aisément qu’un couvre-lit coûterait 120 à 130 euros si elle devait prendre en compte cette donnée, au Smic horaire !

Les tableaux, eux, sont expertisés par les professionnels, et «La Russie», composée de 810 morceaux, est évaluée 3 800 euros.

Aux Jardins, Sophie/Esla a apprécié les contacts et les échanges avec les résidents : «Certains m’ont regardée replier et ranger les objets exposés, en oubliant d’aller manger», confie-t-elle, heureuse de ce partage avec les visiteurs.

«Une autre façon de concevoir le patchwork», l’assemblage des morceaux, disaient certaines, ne comprenant pas l’intégrisme d’autres vis-à-vis de sa conception du quiltage artistique. L’artiste sera présente aux Jardins aujourd’hui et le 5 janvier. S



Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.