Le comité des fêtes éclipse Département Animation

La naissance, l’été dernier, du «comité des fêtes et des animations de Royan» (CFAR) augurait du crépuscule d’une autre association, elle aussi investie dans l’animation de la ville, jusqu’à porter, autre point commun, ce mot dans son nom de baptême. C’est en août, d’ailleurs, que Didier Quentin a officiellement informer le Département Animation qu’il ne souhaitait plus la présence de l’immense chapiteau sur la plage de la Grande Conche. Exit, donc, la patinoire au terme de sa 17e saison.

Exit aussi les différents rendez-vous printaniers et automnaux.

Officiellement, le maire invoque une nécessité de changement, d «idées innovantes, originales» pour faire évoluer l’animation de la station balnéaire.

Didier Quentin est trop prudent pour se risquer à relier sa décision d’écarter le Département Animation de l’organisation d’une partie des événements locaux et l’amitié qu’entretient son président Alain Buenaventes, avec Philippe Most, l’ancien maire, celui-là même qui lui avait mis le pied à l’étrier.

Cette mission reviendra désormais au comité des fêtes, dont Didier Quentin ne niera pas encourager la constitution, s’appuyant sur des «gens qui ont des idées».

Mais aussi une certaine proximité d’opinion avec la majorité municipale actuelle, à l’image de son président, Patrick Le Guinio, qui ne fait pas mystère ni de sa proximité avec Didier Quentin, ni de son appartenance à l’UMP, dont il a même disputé le secrétariat de circonscription à l’inamovible Michel Servit.

Confronté à ce changement de donne, Alain Buenaventes se dit et apparaît même «serein».

L’association Département Animation va réfléchir à de nouvelles manières de remplir la mission qu’elle s’est fixée, l’aide à l’insertion. S






Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer