Conflit de voisinage entre gâteaux et bonbons

Conflit de voisinage entre gâteaux et bonbonsCasquette et tee-shirt aux couleurs du Stade Rochelais, Assia emballe ses pâtisseries orientales avant de les remettre à une cliente. Sur la feuille, un message qui dit, en substance, qu’on ne veut plus d’elle. La semaine dernière, un placier lui fait savoir qu’elle devrait quitter «son» emplacement, rue des Dames, non loin du marché central, où elle vend aussi ses gâteaux, le vendredi.

Ancienne aide-soignante aux urgences de l’hôpital Saint-Louis, auxiliaire de vie dans une maison de retraite, Assia Meghoufel, née près d’Oran en Algérie, a choisi de vivre de ses pâtisseries et gâteaux il y a trois ans.

Des cornes de gazelles, des baklavas, des makrouts, de la mona et des dizaines d’autres recettes méditerranéennes qu’elle cuisine elle-même, puis vend sur son étal les jours de marché, en centre-ville et à la Pallice.

Elle a ses habitudes et ne compte pas les changer. À l’origine de cette «affaire», un simple conflit de voisinage. Il se trouve que le banc de la vendeuse est situé, chaque samedi, devant la boutique Au coeur des gourmandises, qui vend des confiseries.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.