Cognac : un record !

TonneauC’est un signe comme un autre : le commentaire officiel qui accompagne la publication des statistiques du Bureau national interprofessionnel du cognac (BNIC) est des plus sobres. La directrice Catherine Le Page, qui signe «les faits marquants», semble s’être volontairement abstenue d’écrire le mot «record». La performance de 1878 mise à part, c’est pourtant bien un record qui vient d’être battu.

Jamais, sur douze mois, il ne s’était expédié autant d’eau-de-vie charentaise dans le monde.

À l’heure où la croissance française flirte avec le zéro, le monde du cognac pourrait sabrer le champagne et pavoiser avec un volume expédié en hausse de 8,5 % et un chiffre d’affaires (au départ de la région) en progression de 13,6, %.

Dans le détail des qualités de cognacs vendus dans le monde, il apparaît encore clairement que les qualités supérieures (eaux-de-vie longuement vieillies) tirent le chiffre d’affaires et les volumes.

À ce jour, ces cognacs haut-de-gamme représentent 14,5 % des volumes, mais 36,4 % de la valeur.

Le marché du cognac continue à se développer sur trois grands marchés quasi équivalents : l’Amérique du Nord (31,4 %), l’Europe (28,8 %) et l’Extrême-Orient (35,5 %). S



Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer