L’escale prisée des gros

.
PHOTO D.P.
Forcément, la météo de l’été dernier n’a pas été du côté des plaisanciers. Et les petits bateaux ne sont pas tellement allés sur l’eau. Tel est, schématiquement, le tableau que l’on pourrait brosser de juillet et août 2011 au port de plaisance de Royan. «Mais la saison n’a pas été mauvaise pour autant», rectifie David Passereau, directeur du port.

Malgré une baisse de 10 % des escales pendant ces deux mois par rapport à l’an dernier, la saison a été correcte et le chiffre d’affaires du port est resté stable.

Leur croisière, souvent de plusieurs semaines voire de plusieurs mois le long de la côte Atlantique, de l’Europe du Nord à l’Espagne, les fait passer par Royan.

Beaucoup de Français (des Bretons!) mais également de plus en plus d’étrangers, comme le note David Passereau.

En tout cas, beaucoup plus que les autres années : des Anglais, des Hollandais, des Danois essentiellement.

On remarque depuis quelques années des escales de grosses vedettes de 12 à 14 mètres en route pour des périples lointains.

Désormais, les performances des moteurs diesels permettent une plus grande autonomie et, surtout, une consommation nettement plus raisonnable qu’autrefois. S



Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer