Le marché central ne connaît pas la crise

marche-couvertSur son étal, il y a des plates, des royales, des pousse maison ou des pied de cheval.Des huîtres de Marennes par centaines, et pas n’importe lesquelles.Bienvenue chez Roumégous, ostréiculteurs réputés depuis six générations, installés dans la halle XIXe siècle du marché central de La Rochelle.Une légère hausse qui n’empêche pas les gastronomes de craquer pour ses bourriches.À quelques pas de là, Corinne Arthuis vend ses produits frais du port de la Cotinière : langoustes, saint-jacques, homards, poissons, etc.

Et, selon elle, ses clients ne lorgnent pas les tarifs d’un si mauvais oeil. Exemple, parmi les produits phares de Noël : la langouste, 35 euros pièce.

Même son de cloche à la boucherie René. Lilian, l’un des employés, n’a pas le sentiment que les consommateurs ont plus d’oursins dans les poches depuis la «crise».

Mais, de toute façon, ici, la clientèle est différente qu’ailleurs à La Rochelle.

Elle est prête à mettre plus d’argent pour avoir de la qualité.

En contrepartie, nous nous devons d’être carrés, au top! S



Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.