Victime d’un fait d’hiver

.
Photo Xavier Léoty
Une petite goutte d’eau dans l’océan, pourtant situé à des centaines de coups de nageoires de sa carapace.La tortue de Kemp nidifie majoritairement sur les plages bordant le golfe du Mexique.Elle utilise un mode de ponte synchronisée appelée «arribada» : plusieurs centaines de femelles pondent au même moment, sur la même plage.Tout comme les trois autres espèces qui fréquentent le littoral atlantique français (tortue verte, luth et caouanne), elle est en danger critique d’extinction, d’après la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN).

Car cette jeune tortue revient de loin\u2026 Originaire du golfe du Mexique, elle a été trouvée par un pêcheur près d’Audierne (Finistère) le 24 novembre dernier, après avoir dévié de sa zone de migration.

Le souci, c’est que sous son épaisse carapace, elle était en état d’hypothermie dans une eau à environ 15°.

Elle flottait à la surface, c’est pour cela que le pêcheur l’a récupérée.

Cajolée dans une eau de claire ostréicole à 19,7°, cette jolie jeune fille à la robe blanche et vert olive a le centre pour elle toute seule.

Autant dire que chacun est aux petits soins pour «tortue de Kemp 2 500» – c’est son nom officiel.

La rescapée fait des ronds dans son bassin, qu’elle ne quittera qu’en été, lorsque l’océan aura gagné quelques degrés. S



Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.