Des éleveurs sortent de l’oubli les poules d’ici

Bec fort allongé, crête bien dentelée, oeil vif couleur or. Face rouge dénudée, cou long et arqué, camail abondant. Queue bien développée, poitrine portée haut, ailes très longues aux extrémités abaissées. Voici la pictave, selon les standards de la race adoptés en 1929. Comme son nom l’indique, cette volaille basse sur pattes, au caractère doux, vient du Poitou. Elle a été créée dans les Deux-Sèvres par un certain Raymond Lecointre.

Ils élèvent une quinzaine de races et une centaines de bêtes, à Cabariot, dans une ferme entre champs et jardin, à proximité du péage.

Ce week-end, lors de la 29e exposition nationale d’aviculture de Rochefort, Céline et Lionel présenteront un trio de pictaves.

Élever des poules de races, c’est un travail de fond. Depuis, la pictave reprend du poil de la bête grâce à l’amour d’une poignée d’éleveurs, surtout dans le grand Ouest. Coûte que coûte, les pictaves, 80 ans d’âge, sont arrivées jusqu’à nous. Et cela devrait continuer grâce à ces passionnés. S



Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.