Une nuit persane

Photo DR
«Trop souvent réduit à ses seuls dirigeants politiques et à ses mollahs, l’Iran est paradoxalement une terre de musique, de danse et de cinéma», expliquent les organisateurs. Dans l’heure qui précédera la soirée, un concert de musique traditionnelle arabo-persane sera offert par l’ensemble Badila, qui proposera musiques savantes et populaires autour d’une danseuse et de trois musiciens.

Qualifiée par la critique de «lieu de création effervescente et sensible, qui met en scène une rencontre unique où convergent plusieurs traditions musicales», cette formation, petite par la taille mais grande par le propos, témoigne que l’Iran, par sa situation géographique, fut longtemps un pont entre le lointain Orient et l’Europe.

Cette soirée ouvrira un cycle sur le nouveau cinéma iranien, proposé conjointement par les cinémas Eldorado et L’Estran, avec «Une séparation», «Le Miroir», «Ceci n’est pas un film» et «Le Petit Monde de Bahador». S



Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.