Le destin hors normes d’un négociant en vins

Photo Colette macintos
Il retrace la riche vie du négociant en vins côtes-du-rhône, l’homme qui a placé le nom de Chapoutier en haut de l’affiche de l’appellation, et arrière-grand-père de Michel Chapoutier. Il s’est distingué en dotant ses bouteilles d’étiquettes en braille, et a lancé, en 2010, deux cuvées Marius en l’honneur de son arrière-grand-père. Jean-Charles Chapuzet a rencontré Michel Chapoutier après avoir écrit un article clin d’oeil pour «l’Express» destiné à savoir si le vin était de droite, ou de gauche.

En lançant les deux cuvées Marius, l’arrière-petit-fils a fait appel à Jean-Charles Chapuzet pour que soit écrit le roman de la vie de son aïeul.

L’imagination a par exemple sa part dans la description du gamin qui a soif de réussir.

«Nous avons voulu faire un livre gourmand comme un vin, court, que l’on puisse lire dans le TGV entre Tain-l Hermitage et Paris», explique Jean-Charles Chapuzet.

L’auteur le dédicacera jeudi prochain à Jonzac.

Il prépare une série de polars pour les éditions Glénat, avec un personnage récurrent, un journaliste bourlingueur. S



Vous pouvez lire aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.