La courtoisie au volant, surtout face aux agents

photo dominique jullian.
Les clignotants oubliés dans les ronds-points, les coups de klaxon intempestifs dès qu’on ne démarre pas au quart de tour au feu vert, les noms d’oiseaux qui fusent lors d’un refus de priorité, et encore bon nombre d’incivilités dont les automobilistes s’entre-congratulent au volant chaque jour, y compris cette semaine. Pendant une semaine, les conducteurs sont incités à se détendre un peu et sourire aux intersections.

Souvent pour de bonnes raisons, notamment la sécurité des cyclistes et des piétons, mais qui donne parfois l’impression qu’on irait plus vite en poussant son véhicule.

Effet de la semaine de la courtoisie ou non, lorsqu’on respecte cette limitation tout le long de la route, les véhicules en file derrière se tiennent plutôt bien.

Autour de la sortie de l’école Jules-Ferry, les automobilistes ont peu à peu pris l’habitude de ralentir.

«Mais ça ne marche jamais aussi bien que quand un agent est là», confie un parent d’élève.

Les auto-écoles sont très attentives à cette question, d’autant plus que la courtoisie est récompensée d’un point lorsque l’on passe son permis de conduire.

La peur de l’amende reste alors la meilleure méthode pour obtenir des conducteurs qu’ils lèvent le pied. S



Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer