Des pas et des notes baroques

Photo D.P
Et une corde de viole gambe ne se trouve pas plus sous le pied d’un cheval que sous celui d’un clavecin. Hélène Aimable, qui travaille avec la claveciniste Françoise Bibbal, habituée à ce genre de petit incident, préfère en sourire. C’est que la pratique de la musique de la Renaissance et baroque est rare, tout comme l’est celle des instruments anciens. «Très longtemps, on a boudé dans les conservatoires la musique antérieure au classique», déplore Hélène Aimable, directrice de l’École de musique et danse anciennes (EMDA) Pierre-Duga-de-Mons à Royan, et professeur de viole de gambe.

C’est à l’école municipale de musique de Royan que sont dispensés les cours animés par trois professeurs diplômés de conservatoires nationaux.

Aujourd’hui samedi et demain, au cours des Rencontres départementales de musique et danse anciennes, au gymnase du lycée Cordouan (1), l’EMDA veut donner envie à tous ceux et toutes celles, musiciens ou non, mais animés de curiosité artistique, de découvrir ce patrimoine culturel.

«Je dirais que ce sont des danses bio et anatomiques», s’amuse Hélène Aimable. S



Vous pouvez lire aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.