Source d’avenir d’énergie propre

Ces déchets organiques peuvent être transformés par méthanisation, au choix, en chaleur, en gaz ou en électricité. Sur son territoire, l’Agglomération Royan Atlantique, ou du moins son prestataire, collecte annuellement la bagatelle de 30 000 tonnes de déchets végétaux. Dans la catégorie de ces déchets organiques, à laquelle appartiennent les déjections animales, les sources d’apport ne manquent pas non plus, notamment à la Palmyre, où l’hippodrome est générateur de tonnes et de tonnes de fumier.

Le zoo de la Palmyre, en la matière, n’est pas en reste non plus.

Puisque tout se transforme, pourquoi ne pas valoriser ces résidus végétaux, ce fumier de cheval, odorant agglomérat de crottins et de paille, et les autres tonnes de déjections des quelque 1 600 animaux du zoo de La Palmyre?

Une idée à laquelle Jean-Pierre Tallieu avoue cogiter depuis un moment.

Jean-Pierre Tallieu assure qu’une telle unité ne génère «pas de nuisance olfactive».

À tel point convaincu de la pertinence du projet, le président de l’Agglomération a aussi proposé aux Mathes que la Cara construise à ses frais de nouveaux ateliers municipaux et récupère ainsi leur localisation actuelle.

Les élus des Mathes attendent visiblement une approche plus formelle et officielle pour répondre aux attentes de la Communauté d’agglomération, «mais nous ne sommes pas fermés au projet», promet Jean-Pierre Jono. S



Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.