Le disquaire indépendant fait de la résistance

.
Un jour qui célèbre, normalement, le «revival» (la renaissance, NDLR) de la vente de disques et le sourire des disquaires indépendants, comme ceux d’Adrenalyn Records à Saintes. Mais Jérémy Levrault et sa compagne ont bien du mal à y croire tant c’est devenu compliqué pour eux. «Ce Disquaire Day, c’est juste une journée pour faire redécouvrir l’existence des disquaires…» glissent les derniers des Mohicans de Charente-Maritime, fidèles, depuis douze ans, à la galerie commerciale ouvrant sur la rue Alsace-Lorraine.

La partie vinyle y est bien fournie et les petits labels et groupes inconnus du grand public présents en nombre.

«C’est ce que nous faisons», font-ils remarquer en citant The Sunchild, un groupe de rock progressif ukrainien.

Par ailleurs, des partenariats permettent des échanges de bons procédés.

Beaucoup l’ont connu grâce à notre magasin et les habitués de ce festival viennent se servir chez nous.

Pour alimenter son stock de vinyles, Adrenalyn Records reprend aussi des collections.

Selon les disquaires, Internet constitue «un formidable outil pour découvrir des nouveautés».

La semaine dernière, de nombreux Parisiens en vacances ont passé le seuil de la porte. S



Vous pouvez lire aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.