Les forains ne sont plus à la fête

Forain de père en fils, Joseph, 68 ans, roule sa bosse dans le métier depuis un certain temps. Son stand de tir passe par Saintes tous les ans, à la même période, et ce, depuis une vingtaine d’années. Sauf qu’aujourd’hui, si le coeur y est encore, la fréquentation, elle, est en berne. Installée jusqu’au dimanche 6 mai sur le parking du Parc des expositions, la fête foraine prend l’eau. Les yeux rivés sur les nuages, l’intéressé ne fait cependant pas de la colère du ciel la seule responsable de la morosité ambiante.

On a mangé la crème, il ne reste plus que la croûte, confie t-il sans pour autant se dire abattu. En ce moment, ça va mal partout.

Les jeunes n’ont pas d’argent pour venir se distraire. Les forains, présents sur le terrain blanc en ce moment, broient du noir.

Et, même si ce n’est que passager, c’est un signe des temps. Entre la pêche aux canards, la chenille ou les auto-tamponneuses, les innovations ne courent pas les rues.

Aujourd’hui, lorsqu’on veut sortir, à Saintes, on a l’embarras du choix entre le bowling, l’espace de jeux gonflables Amuz et vous, le paint ball, le skate park. La concurrence est rude.

La fête foraine reste ouverte tous les jours jusqu’au 6 mai sur le parking du Parc des expositions et du hall Mendès-France. S



Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.