Merci de cliquez sur nos bannières publicitaires



Patchwork entièrement cousu à la plume

Photo DP

C’est un petit bouquin de 90 pages édité à compte d’auteur qui se lit d’un trait, en quelques heures. La plume est déliée, le style est simple, sans prétention. «Patchwork 131» est une histoire faite de petits bouts d’histoires. D’où son nom, puisque le patchwork est une couverture réalisée avec un assemblage de morceaux de tissus différents. Laurence est une souriante jeune femme, pétillante, débordante de vie à l’aube de ses 40 ans.

Elle entre à l’hôpital pour y subir un traitement d’iode radioactif de plusieurs jours et en même temps elle se met à écrire.

«À déposer des mots sur le papier», comme elle le dit joliment.

«J’aime beaucoup lire, j’avais envie d’écrire depuis longtemps, mais encore fallait-t-il trouver un sujet».

Dans sa chambre d’hôpital où elle ne peut recevoir personne, si ce n’est le médecin équipé comme un cosmonaute pour lui administrer le traitement radioactif, elle va coucher sur le papier son «Patchwork 131».

Écrire des heures et des heures pour exorciser la maladie, mais aussi pour faire ressurgir des souvenirs ; des bribes de souvenirs, d’instants sensibles, de moments heureux passés au bout du monde avec son mari au cours de leurs nombreux voyages.

Ce sont des morceaux de voyage, des moments de vie que j’assemble pour positiver et surmonter la maladie et vaincre l’ennui et l’isolement.

Je n’avais pas l’intention de le publier, je voulais simplement l’écrire pour ma famille et mes amis. S



Votre message

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.