Témoignages d’un conflit mondial… au niveau local

Photo XL.
C’est l’une des premières pièces offertes : une veste rayée ramenée par Odette Gorin, résistante rochelaise entrée dans la clandestinité, arrêtée par la Gestapo le 4 septembre 1942 – en même temps qu’Armand Bouffénie – et déportée au camp de Ravensbrück, puis de Neubrandenburg, dont elle s’évada le 27 avril 1945. Claude Gorin, son fils, a tenu à faire don de ce morceau d’étoffe lourd de souvenirs au futur lieu de mémoire de la Seconde Guerre mondiale, dont la charte constitutive sera présentée ce soir en Conseil municipal – où Odette Gorin siégea de 1945 à 1950 – par Philippe Joussemet.

«Ce projet est le fruit d’un vrai travail collectif, mis en oeuvre grâce au tissu d’associations très large qui existe à La Rochelle, avec qui nous avons des liens étroits», explique l’élu délégué aux anciens combattants.

Les objets, documents et autres témoignages de la période 39-45 sont à envoyer Comité de coordination des associations patriotiques d’anciens combattants et de résistants de La Rochelle (24, rue Saint-Jean-du-Pérot, 17000 La Rochelle). Source



Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer