Mieux chouchouter leurs aînés

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), entre 1950 et 2050, le nombre de personnes âgées de plus de 80 ans sera passé, dans le monde, de 14 à 400 millions. Le thème des 16e assises nationales de l’Union française des universités interâges, «Les seniors et la cité», fait écho à cette perspective d’un vieillissement galopant de la population. Le thème a également un effet miroir sur Royan, où plus de 55 % des habitants ont plus de 60 %, du fait, certes, d’une localisation en bord de mer qui accroît son attractivité auprès des retraités.

Ce docteur en géographie, chargé des questions du vieillissement à l’université Lyon III, a présenté le concept de «villes amies des aînés», un programme lancé en 2006 par l’OMS, d’abord à des fins de recherches, dans 33 villes à travers le monde.

Certaines, comme Lyon, ont un temps d’avance et ont élaboré un premier plan d’action.

C’est, comme Pierre-Marie Chapon attend de l’État qu’il le fasse pleinement, «bien intégrer qu’on va être confronté à ce vieillissement massif de la population».

Le programme «Villes amies des aînés» vise à prendre en compte cette population, dans tous les domaines, qu’il s’agisse d’accessibilité, de déplacement, d’habitat. S



Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer