Tension entre planchistes et ostréiculteurs

Il faudrait que l’on descende du ciel pour aller sur l’eau et qu’on remonte dès qu’on a fini! Pour profiter plus rapidement de la marée, partir au-delà de la zone des 300 mètres réservée aux baigneurs et bénéficier des vents dominants d’ouest, les planchistes se lancent depuis la zone ostréicole. Ils sont parfois plus de 100 sur la partie nord de la baie, ce qui signifie autant de véhicules sur la côte.

Car ils se garent partout et surtout au plus près de l’eau et de la cale ostréicole pour ne pas avoir à porter leur matériel trop longtemps.

Ils se mettent partout (sur la bande de terrain comportant quelques cabanes entre la mer et les propriétés ostréicoles, le long du chemin de la Gigasse, NDLR).

C’est pour cela que j’ai installé une rangée de rochers autour de la cale et du terrain mitoyen du parking existant.

Il y a un mois, nous avons adressé plusieurs propositions à la mairie, comme de marquer au sol l’espace à laisser aux ostréiculteurs.

Nous avons aussi pointé plusieurs emplacements pour en faire des parkings mais nous n’avons reçu aucune réponse.

Ces terrains appartiennent au domaine maritime, qui les avait loués en bail à une propriétaire qui, aujourd’hui, souhaite le céder à Alain Ménard.

Ils sont les bienvenus mais ils ne peuvent pas tout avoir et je reconnais que nous privilégions l’activité économique de l’ostréiculture. Source



Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.