Au BarbarellaClub Records, le vinyl tourne encore

Pascal Couillaud, notre confrère photographe à l’agence de La Rochelle, Bart (pour Barthélémy) Fasseur, et Laurent Provost, le patron du Barbarella bar, bien connu sur le port pour ses concerts de rock. Tous les quatre sont nés dans une décennie différente mais sont tous pourtant encore d’ardents défenseurs du vinyl. Tendance garage, à écouter fort si possible et loin des formats commerciaux.

Un vinyl d’un groupe, Chimiks, emmené par un Québécois mais dont les liens avec La Rochelle sont ténus.

Et Ronnie Rollo, le batteur, est carrément rochelais.

Malgré son jeune âge, Bart connaît lui aussi tout ce beau monde pour avoir traîné dans les concerts, à peine après avoir quitté ses couches culottes.

Musicien lui-même, chanteur guitariste dans plusieurs formations dont Wild Zeros ou Mean Anything avec laquelle il a déjà sorti deux albums.

Mais pas sur son label car ce passionné a déjà sa propre maison de production lui aussi, différente de BarbarellaClub Records créé avec ses deux amis.

«Sur Frantic City, depuis 2005, pour du rock garage», résume le jeune musicien qui navigue entre La Rochelle et Bruxelles, entre concerts et petits boulots.

» Et Laurent Provost de conclure : «Un vinyl, ça a une odeur. S

Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.