Jones en toute simplicité

xavier léotyIl adore le football, il a joué dans de nombreux stades, il est le guitariste préféré de Jean-Jacques Goldman et il aime plus que tout se produire en concert. Plein de belles et bonnes choses, mais finalement rien qui vous prépare à venir jouer un soir d’automne, au stade Le Parco, sous un Tivoli tout proche de la rocade, après un math de division d’Honneur opposant l’ES La Rochelle à l’équipe réserve de Châtellerault.

Sauf que Michael Jones a un sens aigu de l’amitié.

Il faut dire que le chanteur et guitariste franco-gallois, né à Welshpool (pays de Galles) il y a soixante ans, ne peut rien refuser à un copain comme Pierrick Briand, le président de l’ES La Rochelle.

Humble et convivial, Michael Jones était donc hier à La Rochelle pour passer la journée avec Pierrick Briand, déjeuner avec l île de Ré comme panorama, et accessoirement reconnaître les lieux du concert, en compagnie de Philippe Trehello, le directeur des sports de la Ville.

Preuve de la belle simplicité de Mickael Jones, le Lyonnais d’adoption n’a quasiment pas d’exigence pour un musicien de son calibre.

De toute façon, le guitariste au père gallois et à la mère normande voit toujours la vie en rose depuis qu’il ne quitte plus ses célèbres lunettes rondes et teintées.

Celui qui a notamment donné des concerts au stade Gerland, à Lyon, au stade Bollaert de Lens, au Vélodrome de Marseille et même «lors d’une mémorable soirée au stade de Phnom Penh au Cambodge,» a donc modestement accepté de jouer au stade Le Parco.

Vous pouvez lire aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.