Des chevaux majestueux

SAMUEL HONOREQuatre à cinq mille personnes samedi, selon les organisateurs, et autant sinon plus dimanche, en ont pris plein les yeux sur la plage de Pontaillac. Le 21e Festival d’art équestre leur a livré ce qui se fait de mieux dans le genre. Des dizaines de chevaux, des plus petits – les minuscules falabellas de Pieric – aux plus gros…

les chevaux de trait de Loulou Etien -, en passant par les magnifiques montures de Los Rios, les juments suitées palomino de Dominique Coynault et toute la troupe d’indiens (et d’indiennes) du centre équestre Le Cheval autrement, des Mathes, ont fait l’admiration de tous.

La touche musicale et exotique était assurée par les mariachis Valdez qui étaient venus de leur Mexique natal\u2026 sans leurs chevaux, mais avec leurs costumes et leurs instruments.

Dimanche matin, il fallait être sur la plage à 11 heures pour la séance baptisée «privilège».

Plus de barrières, plus de carrière, la plage et le bord de mer étaient le terrain de jeu des chevaux et des cavaliers.

Sur le sable, le public a pu approcher les artistes et entendre «le souffle des chevaux», selon l’expression de Dominique Coynault, cheville ouvrière de la manifestation.

Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.