Au temps du cinéma muet

A l’heure où télévision et téléchargements informatiques deviennent de plus en plus de redoutables concurrents, faire vivre un cinéma associatif tient de la gageure et mérite que l’on s’y intéresse. L’idée – née il y a vingt ans sur l’initiative du Conseil municipal des jeunes et le CAP-centre social, soutenue par quelques clubs locaux…

s’est concrétisée dans la forme associative autour de Françoise Clautour, alors adjointe au maire déléguée à la culture, qui en sera sa première présidente.

En 1998, une nouvelle équipe, toujours en place, a pris le relais, confiant la présidence à Marie-Liesse Fontenaille.

Avec le soutien sans faille de la municipalité qui assure l’intendance (salles, chauffage entretien), Tonnay-Ciné a poursuivi son petit bonhomme de chemin, assurant, avec le concours du Centre du cinéma de Poitiers, la projection de films récents qui attirent une bonne clientèle et permettent à la trésorière un peu de serénité.

Il convenait toutefois de marquer ce 20e anniversaire d’une façon plus originale.

Cette projection a été particulièrement goûtée des spectateurs, aussi est-ce avec reconnaissance que Michel Jules, vice-président, a en leur nom remercié Mme Fontenaille de son énorme travail et du dynamisme qu’elle apportait à faire vivre Tonnay-Ciné.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer