Merci de cliquez sur nos bannières publicitaires



La priorité à Angoulême-Saintes-Royan

TGV DuplexEntre Niort-Royan via Saint-Jean-d Angély ou Angoulême-Royan via Cognac, le choix est désormais clair. Pour faire venir le TGV sur la côte de Beauté, le président UMP du Conseil général de Charente-Maritime, Dominique Bussereau, privilégie désormais la seconde solution.

Après avoir pendant longtemps soutenu la première, pas plus tard, d’ailleurs, que devant le congrès départemental des maires le 7 juillet dernier à Pont-l Abbé-d Arnoult.

Alors pourquoi un tel revirement que, soit dit en passant, n’a pas digéré le maire divers droite de Saint-Jean-d Angély, Paul-Henri Denieuil, qui comptait sur le TGV pour développer son territoire (lire par ailleurs)?

Le lundi 26 novembre, Michel Boutant, le président PS du Conseil général de Charente, et Dominique Bussereau doivent se rencontrer à Saintes pour travailler sur un accord de financement commun afin d’électrifier la ligne entre Angoulême et Royan.

Cette question de gros sous a sans doute été l’un des éléments principaux de cette volte-face présidentielle.

«Pour les deux itinéraires, le coût des travaux d’électrification oscillera entre 150 et 160 millions d’euros», indique le président du Conseil général de Charente-Maritime.

Or le Département des Deux-Sèvres, qui n’a aucune gare concernée par ce projet et seulement 23 kilomètres de voie, a fait savoir qu’il ne mettra pas un centime dans une éventuelle électrification de la ligne Niort-Royan.

Pour tout l’Ouest-Charente, pour un bassin économique, viticole et touristique ouvert sur le monde, c’est une chance inouïe, du pain bénit!

Reste à savoir quel niveau de participation sera prêt à mettre sur la table le Conseil général de Charente.

L’idée d’une participation du Conseil régional au plan de financement a, peut-être, aussi influencé Dominique Bussereau.

On sait que le conseiller régional divers gauche Jacky Emon, le monsieur train de la Région, est un fervent partisan de l’électrification de la ligne Angoulême-Royan.

D’autres éléments plaident en faveur de cet itinéraire, comme la possibilité de se raccorder, à Angoulême, à la LGV Tours-Bordeaux.

Certains militent dès à présent pour disposer, demain, de deux allers et retours de TGV au minimum par jour.

Mais quel gage sera donné, en contrepartie, au maire de Saint-Jean-d Angély?

Votre message

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.