Merci de cliquez sur nos bannières publicitaires



Le potentiel d’un TGV

TGV DuplexElectrifier la ligne Saintes-Angoulême est prioritaire, dit le Conseil de développement de la Saintonge romane, en se basant sur le nombre des voyageurs en correspondance TGV. Benoît Groussin et Jean-Marie Bernard animeront la réunion publique organisée ce soir à Saintes, à 18 heures, à l’annexe du Conseil général.


Composé de sept personnes autour de Benoît Groussin, ancien cheminot et membre de la Fnaut (1), un groupe de travail du Conseil de développement du Pays de la Saintonge romane a planché depuis février sur la double problématique de l’électrification de l’étoile ferroviaire de Saintes et de l’arrivée du TGV (Train à grande vitesse) en gare de Royan.

L’électrification de la ligne SNCF reste, bien entendu, la condition préalable à la desserte future de la Côte de Beauté par le TGV.

L’arrivée du TGV à La Rochelle en 1993 fut, elle aussi, précédée de l’électrification de la ligne depuis Niort.

Mais, au départ de Saintes, l’on peut aller chercher un TGV à Niort, via Saint-Jean-d Angély, ou à Angoulême via Cognac.

Appelés à trancher de la priorité de l’électrification entre Royan-Niort et Royan- Angoulême, les élus trouveront des données éclairantes, à ce sujet, dans l’étude du Conseil de développement.

La ligne Royan-Niort a transporté 133 569 de ces voyageurs en correspondance TGV (chiffres allers-retours, NDLR) quand la liaison Royan-Angoulême en a accueilli 180 936.

Au-delà des données objectives et récentes du trafic de voyageurs, le Conseil de développement de la Saintonge romane s’est intéressé au potentiel démographique du territoire vis-à-vis d’une future liaison TGV.

Il a pris en compte les populations de vingt cantons de la Charente-Maritime et quatre cantons de Charente.

Selon le Conseil de développement de la Saintonge romane, ce comparatif avec l’Aunis donne du crédit au projet d’un TGV desservant Cognac, la Saintonge et le Pays royannais.

En revanche, le nombre de voyageurs TGV identifiés dans la seule gare de Saint-Jean-d Angély (12 359) ne plaide pas en faveur d’une électrification prioritaire de la ligne Saintes-Niort, et donc d’une desserte TGV.

«Mais il ne faudra pas oublier Saint-Jean-d Angély et améliorer sa desserte en TER (trains express régionaux) (3)» plaide, dès à présent, Benoît Groussin.

Votre message

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.