La Grande Sophie

La grande sophie«La Place du fantôme», votre sixième album, est sorti le 13 février. Avec le recul, comment a-t-il été reçu? Je me rends compte que les gens connaissent et chantent avec moi certaines chansons. L’effet du single, «Ne m’oublie pas», est toujours émouvant sur scène. Je n’ai pas fait de DVD.


Sur cet album, vous construisez de longues plages musicales. Il n’y avait pas de place pour l’envolée.

Ce qui m’a amené à faire ça est d’avoir travaillé sur un téléfilm. Depuis, d’ailleurs, j’ai composé la musique d’un deuxième téléfilm.

J’ai appris à faire vivre l’instrument sans forcément mettre de texte, à se laisser transporter.

Est-ce dans ces espaces que le «fantôme» de votre disque peut prendre sa «place»? Quand j’ai voulu me remettre à écrire, ce n’est pas venu rapidement.

J’étais en recherche d’une présence, en déclinant mes obsessions, comme le temps qui passe. J’ai fait une sorte de bilan.

Je parle de mon histoire, c’est la première fois que je me livre autant. On sent la recherche d’une clarté mélodique.

Est-ce que vous élaguez beaucoup vos compositions initiales?

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.