Merci de cliquez sur nos bannières publicitaires



Haras de Saintes

Gazouillis est un fort joli cadeau.Répond à ce nom poétique un cheval de courses de 18 ans réputé, dans le monde des éleveurs, pour ses qualités d’étalon reproducteur. Or, Gazouillis a pris pension au Haras national de Saintes depuis quelques jours. Plus exactement au centre technique de reproduction, privatisé en février et dirigé, depuis dix mois, par Jean-François Coursaud.


Agriculteur à Coulon (Deux-Sèvres), celui-ci cultive des céréales et élève des bovins.

Propriétaire du Haras des Cabanes, il s’intéresse à la reproduction depuis un quart de siècle, programmant une centaine d’inséminations par an.

Lorsque l’Institut français du cheval et de l’équitation (IFCE) a recherché des partenaires privés pour gérer les centres de reproduction implantés dans les haras nationaux, Jean-François Coursaud a souhaité, sur- le-champ, reprendre les installations de Saintes.

Sa candidature retenue, il fut même le premier, au plan national, à signer une convention avec l’IFCE et le groupement d’intérêt économique France Haras.

L’équipage a parfaitement fonctionné, puisque le centre de reproduction a augmenté de 20 % le nombre de saillies sur une seule cam- pagne, accueillant quelque 190 juments.

De Biarritz à Toulouse, en passant par le Poitou et le Périgord, il a mobilisé les éleveurs et les drivers autour d’un grand projet : accueillir Gazouillis à Saintes, afin que ce fils de Lutin d’Isigny et d’Utiska poursuive sa prestigieuse carrière d’étalon auprès de juments du Grand Sud-Ouest.

Il sera bichonné par les équipes du centre de reproduction et du haras national jusqu’à la prochaine saison de monte, qui débutera le 1er février.

Votre message

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.