L’avenir du terrain blanc

Depuis un petit moment, déjà, Geneviève, 83 ans et Saintaise depuis toujours, distribue sur le marché Saint-Pierre aux commerçants et aux clients un petit tract rédigé par ses soins.


Rappelons que le maire de Saintes, Jean Rouger, souhaite relier la partie nord de la ville à la partie sud par une coulée verte, avec un projet de réaménagement paysager afin d’ouvrir les environs du jardin public vers le site de la Palu.

Dans ce projet figure effectivement la transformation de la moitié du terrain blanc, la plus proche de la Charente, en espace vert.

Nous ne voulons pas supprimer le stationnement à cet endroit, prévient Joël Cardin, l’adjoint au maire chargé des espaces verts et de la gestion urbaine de proximité, agacé par cette rumeur.

Le bâtiment de la sécurité routière sera démoli et il n’y aura plus de barrage entre le terrain blanc et ce jardin.

Les gens qui se seront garés pourront le traverser en diagonale pour se rendre à la passerelle et au marché Saint-Pierre ou au centre-ville.

Ce qui n’est pas l’avis de Geneviève, qui tient à conserver l’anonymat, et de son mari.

«Lorsqu’une personne âgée revient du marché avec un sac assez lourd, ça fait une différence», explique celle qui a compté, samedi dernier, la présence de plus d’une centaine de voitures garées en bas du terrain blanc.

Vous pouvez lire aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.