L’itinéraires du musée d’Art et d’Histoire

Le musée d’Art et d’Histoire fête ses 120 ans cette année. Se pencher sur son histoire nous ramène à une époque où l’influence des négociants en cognac s’exerçait partout. Et notamment sur la culture. À vous rendre jaloux les élus d’aujourd’hui. Le musée d’Art et d’Histoire, lui, est toujours là, installé dans un ancien hôtel particulier de la famille Dupuy d’Angeac, boulevard Denfert-Rochereau.


Le musée municipal est né de la volonté partagée de gens du négoce, de Cognaçais fortunés et d’amateurs éclairés.

En mars 1890, Émile Pellisson, négociant en eaux-de-vie, prend sa plume pour écrire au maire Jules Brisson.

En décembre de cette même année, le Conseil municipal exprime son accord à la création d’un musée et en mars 1892, la même assemblée adopte un projet d’installation au couvent des Récollets.

Il fait don des peintures et des dessins des écoles françaises, allemandes, flamandes, hollandaises et italiennes du XVIe au XVIIIe siècle.

L’ensemble est complété de dons d’Henri Germain et de Jules Brisson.

Le lendemain, le 20 septembre 1925, un millier de personnes découvrent les toiles et objets d’art.

Le 24 juin 1940, le bâtiment est réquisitionné pour recevoir l’État-major allemand.

Depuis 2004, le musée d’Art et d’Histoire cohabite avec le musée des Arts du cognac (MACO), sa petite s\u0153ur, érigée dans l’ancien hôtel particulier Perrin-de-Boussac, sur les quais de la Charente.

Cette année, 5 300 visiteurs ont découvert les peintures, sculptures, objets d’arts décoratifs et pièces d’archéologie du musée.

Tous les ressorts de l’histoire du musée d’Art et d’Histoire peuvent être lus sous la plume de Stéphanie Gautier, médiatrice des musées qui a effectué les recherches.

Vous pouvez lire aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.