Le mètre à 350 euros

Le juge des référés du tribunal administratif de Poitiers vient de trancher : en préemptant une maison à vendre à Sainte-Marie-de-Ré, le Conseil général de la Charente-Maritime n’a fait, a priori, qu’exercer son bon droit. L’affaire sera jugée sur le fond plus tard, mais rien ne permet de dire qu’elle serait entachée d’irrégularité.


Ainsi se clôt, au moins provisoirement, un feuilleton qui aura fait couler beaucoup d’encre.

En octobre, le Département décide de se porter acquéreur de cette propriété sise aux Grenettes, en vente pour 810 000 euros.

La parcelle est modeste (2 300 mètres carrés), la maison est sans grand intérêt, mais elle se trouve sur la dune face à la mer.

L’objectif est de tout raser pour rendre les lieux à la nature, et aux promeneurs.

Coût de l’opération : un million d’euros au bas mot, démolition et remise en état comprises.

Le Conseil général en a-t-il les moyens?

Repoussée en octobre, la délibération est finalement acceptée en novembre, l’opposition de gauche s’abstenant, la majorité de droite votant pour, à trois voix près.

Devant le juge des référés, le Département a fait valoir qu’il n’y avait aucune urgence dans ce dossier puisque «la destruction de la maison n’interviendra qu’au terme d’une longue procédure».

L’objectif est de tout raser pour rendre les lieux à la nature.

Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.