Ces herbes sauvages

Revenir à la cueillette et manger des plantes. Pourtant, Dominique Girard a fait de sa passion un véritable art de vivre. C’est pourquoi, ce naturopathe, âgé de 50 ans, a décidé de créer son association. L’Herbe folle – c’est son nom – se veut une ode à la nature et au bien-être grâce à l’utilisation de plantes sauvages. Mon but n’est pas de les soigner mais de changer leur façon de se nourrir.


L’Herbe Folle n’en est qu’à ses débuts – l’assemblée constitutive s’est tenue le 17 décembre dernier – mais elle compte déjà une quinzaine d’adhérents.Un chiffre qui pourrait vite grimper selon Gisèle Girard, la trésorière.

C’est un sujet qui passionne beaucoup de monde.Au programme, de la cueillette de plantes sauvages et des cours de cuisine pour pouvoir les manger.Tout au long des ateliers, les passionnés de nature tâcheront de découvrir les bienfaits des orties, des bettes maritimes, du pourpier de mer (l’ancêtre des épinards) ou encore de la salicorne.

Nous allons aller au plus simple et, surtout, nous préoccuper de la qualité diététique de chaque aliment.En effet, les plantes apportent plus de minéraux et de vitamines.

Sur le long terme, Dominique Girard aimerait étoffer ses services.Non pas pour un régime mais pour qu’elles vivent plus simplement et qu’elles s’écoutent un peu plus.

Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.