Le gang de filles à l’Eldorado

Une rencontre exceptionnelle à inscrire sur l’agenda pour les cinéphiles : le lundi 14 janvier, à 17 h 30, le cinéma Eldorado accueillera le réalisateur Laurent Cantet pour son dernier film «Foxfire, confessions d’un gang de filles». C’est la première fois que Laurent Cantet vient à l’Eldorado, mais c’est presque en voisin puisqu’il est originaire de Melle (Deux-Sèvres).


S’il n’a réalisé à ce jour que cinq longs métrages : «Ressources humaines» (1999), «L’Emploi du temps» (2001) primé au Festival de Venise, «Vers le Sud» (2005) – et s’il a reçu la palme d’or à Cannes en 2008 pour son film «Entre les murs» – c’est sans doute parce qu’il taille ses films comme un joaillier ses diamants.

Avec «Foxfire confessions d’un gang de filles», son dernier opus, adapté du roman du même nom de la romancière américaine Joyce Carol Oates, il aborde la question du féminisme et du racisme dans les années 50 aux États-Unis.

Boulottes ou disgraciées, rouquines, blondes décolorées ou non, ses filles à lui ne comptent pas pour des prunes : elles vivent, vibrent et marquent des points contre la destinée dans ces années 50 qui tenaient plus du mirage que du rêve américain et où femmes et minorités avaient bien des combats à mener.

Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer