La dune ne protège plus

Il ne reste quasiment plus rien de l’ancienne dune de Domino, sur la commune de Saint-Georges-d Oléron. Balayé par Xynthia et les fortes marées successives, le cordon dunaire a reculé de 20 mètres.
À l’approche des grandes marées de février, certains riverains redoutent une nouvelle tempête.


Membre de l’ADLF, Association de défense du littoral et de la forêt de Domino, il veut aujourd’hui tirer la sonnette d’alarme.

Une inquiétude d’autant plus légitime que ce tronçon de plage n’a pas été validé dans le cadre du Papi (programme d’actions de préventions des inondations).

Maire de Saint-Georges-d Oléron, Éric Proust reconnaît que «les riverains de Domino sont dans une situation complexe, avec un risque de submersion».

Comme beaucoup de ses collègues concernés, le maire de Saint-Georges-d Oléron interpelle, depuis plusieurs mois, les services du Conseil général et de l’État pour les alerter sur un nouveau scénario catastrophe possible, mais aussi sur les responsabilités.

Nous n’avons pas l’argent pour protéger durablement les habitants.

Jean-Pierre Lemaire ne veut taper sur personne.

De la pointe de la Fumée, à Fouras, jusqu’à la plage de Domino, en passant par le chenal de la Perrotine, à Boyardville, les anciens sinistrés attendent toujours un début de protections.

Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer