Un spectateur solidaire

Le mélange des publics, c’est ce qui guide Vincent Léandri dans sa gestion du théâtre de La Coupe d’or. Pour le directeur qu’il est, la culture ne vaut d’être vécue que si elle est accessible à tous car un théâtre est d’abord un lieu de découverte et de partage.


Voilà comment est né le mécénat du spectateur : les plus fortunés achètent leur place à tarif plein et acceptent de faire un don pour permettre aux moins riches de venir eux aussi, mais à prix réduit.

Ils ont abordé aussi «Ma mère l’Oye», de Maurice Ravel, oeuvre qui sera jouée dimanche lors du concert de l’OPC à La Coupe d’or.

Car l’idée, c’est d’ouvrir ces enfants à de nouveaux univers culturels, c’est aussi de les amener au spectacle, accompagnés de leurs familles.

Après les deux ateliers de décembre et alors que le concert approche, les enfants ont eu droit à une nouvelle sensibilisation, hier.

C’est donc grâce aux dons des généreux spectateurs que ces enfants franchiront la porte de La Coupe d’or avec leurs parents.

Quand les artistes et les autres directeurs de théâtre disent que le public de La Coupe d’or est exceptionnel, en terme de brassage et de mélange, le succès du mécénat en est une nouvelle preuve.

Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.